Tout est soi-même, tout est un       
(Spiritualité, ésotérisme, alchimie, conscience, éveil, non-dualité, unité, l'Un)       

samedi 10 septembre 2016

Si on ne sait pas voir Dieu en l'univers, le monde, les gens, les animaux, la nature, on peut regarder le soleil.

jeudi 8 septembre 2016

Un vrai maître vit en ville sans problème. La ville est comme la nature pour le maître. C'est l'apprenti qui doit aller dans la nature, hors de la ville, pour se ressourcer.
Pour le maître, les basses énergies n'existent plus, car il les a réglées en lui-même. Il ne perd plus ses énergies. Il est capable de vivre avec tous en restant lumineux, parce que chaque part qu'ils représentent, a été illuminée en lui. Il a de l'amour pour tous, parce que chaque part qu'ils représentent, a été aimée en lui. Tous sont acceptés de lui, car il s’accepte en entier. Il les voit tous divins, tous comme Dieu, tous un, parce qu'il est unifié en lui-même.
Un vrai maître sait qu'il est aussi élève, et que tous sont aussi des maîtres.
Un vrai maître se positionne au centre, et il sait que tous avec lui, sont ce centre lui-même.
En spiritualité et hors de la famille, hiérarchie (mon fils, ma fille, mes enfants) veut dire domination. La présence ou les enseignements d'un vrai maître n'apportent que bien-être et amplification énergétique, il fait l'union avec le corps. Il sait que matière et esprit sont un. Il entretient son corps, honore la matière, et considère tous les objets comme divins.
Un vrai maître préfère avant tout la liberté. Il préfère laisser les gens libres, d'avoir leurs croyances et leur propre vie. Il n'enseigne oralement que si on lui pose des questions. Il ne se fait pas missionnaire ou gourou. Un vrai maître ne le peut pas, il n'y a plus de chaos en lui. Tout est en ordre parfait quand il y a la liberté qui est amour. C'est aimer vraiment que de laisser la création libre, car un vrai maître ne peut la voir que divine, résultat de ce qu'il est.
Un vrai maître passe inaperçu. Car en lui-même il est égal aux autres, lui et les autres sont un. Un seul et même ensemble lumineux.
Pour un vrai maître, l'ascension est du domaine du mental. Il ne la recherche pas car il n'est plus agité en lui-même, et n'a aucun problème avec sa position. Il s’accepte totalement ici et maintenant, et ici et maintenant est le seul endroit parfait qui puisse être. Les changements d'état s'ils se produisent, ne l'affecte pas, il est dans le détachement, non-concerné. Il sait qu'il est le cœur de toute chose, et qu'il n'a jamais bougé.
Un vrai maître peut très bien être sdf, éboueur ou chef d'entreprise, tant que ce qu'il fait le rend divin et lumineux. Et bien sûr, tous sont divins et lumineux. Comment le cœur de toute chose pourrait-il être autrement ?
Qui est le vrai maître ? Incontestablement le cœur de chacun.
(Eipho-Guidance)

mercredi 7 septembre 2016

Il n'y a pas à se positionner entre vie matérielle et vie spirituelle, entre unité (universalité) et division (individualité), il y a à accepter les deux, en une.
Lorsqu'on verra à travers le regard de l'autre, et qu'on s'apercevra que c'est soi-même qui regarde, on verra vraiment.

samedi 3 septembre 2016

On est ce qu'on voit, on voit ce qu'on est.
On est ce qu'on mange, on mange ce qu'on est.
Tout est soi-même.

vendredi 2 septembre 2016

Quand on regarde l'histoire de l'humanité, on regarde sa propre vie.

jeudi 1 septembre 2016

J'ai compris qu'enfant, je rayonnais l'amour, c'était une puissance innocente, belle, magique.
Et qu'une fois qu'un adulte m'avait violé, cela avait fini par disparaître. Cette force, cette énergie subtile, s'était envolée. Alors inconsciemment, j'avais jugé cette force, cette énergie, comme de la faiblesse, puisqu'elle m'avait apportée tellement de souffrance. "Être amour" était donc pour moi faiblesse, alors je n'en manifestais plus, pour ne plus que l'on me fasse mal. Et mon cœur s'est éteint.
J'ai réalisé à présent, et après d'innombrables luttes, qu'il fallait utiliser la force de toutes les expériences passées, pour redevenir un être innocent et plein d'amour de l'univers. Que c'était cela la plus grande puissance, mais qu'elle devait être dans la conscience, pour empêcher toute intrusion, en s'affirmant là-dedans dans son droit le plus complet, d'une façon juste. Qu'il fallait ne plus avoir peur, que cette force empêchait toute peur, et qu'elle ne permettait plus l'agression.
Rayonner l'amour par n'importe quelle condition, c'est la démonstration de la plus grande des forces. Cela indique une grande victoire sur l'expérience matérielle/physique.
Un être qui rayonne l'amour universel, est signe de la beauté.
(Voir le livre : Accroche-toi et sors de la mort)