Tout est soi-même, tout est un       
(Spiritualité, ésotérisme, alchimie, conscience, éveil, non-dualité, unité, l'Un)       

       
"Loxo, beeting the earth" © par Valérie Jourdy (Breath of wood),        
spécialement pour eipho.blogspot.fr
       

dimanche 29 mai 2016

Au-delà de la solitude, au-delà de la tristesse, du manque affectif, au-delà de tout ça, il convient de descendre profondément, pour trouver dans le rien absolu le Tout définitif, le centre/coeur égal pour toutes choses, qui est le point d'appui le plus fort qui soit. Par l'observation, l'apprentissage, le mental doit être discipliné et laisser place.

Le renoncement ce n'est pas être sans amour. C'est peut-être quand on n'est pas dans le renoncement qu'on n'est pas dans le vrai amour. Le vrai renoncement (sans rien rejeter ni diviser) est atteint par le pur amour, ce point central. Et celui qui n'attend rien, qui est sans désir, sans répulsion, sans besoin, est en définitif dans le pur amour, si cet amour est égal et illimité pour toute chose en étant établi depuis le centre/coeur.

Mais on ne peut rien prévoir, rien pouvoir renoncer, si l'univers n'est pas d'accord. L'égo ne décide rien, jamais, n'a aucun pouvoir sur ce qui doit arriver ou pas. Et tout venant pour une bonne raison, on ne peut que renoncer à vouloir autre chose, autrement, on ne peut qu'accepter. C'est cela qui est amour. Quand tout ce qui vient est pris et accueilli dans le coeur (unité) non plus le mental (division - souffrance). Alors de cette façon, les choses viennent comme le passage apaisant d'une rivière claire et douce à travers le corps, car on a tout lâché, et abandonné tout ce qui n'était pas vérité.

Le seul espoir est en soi. La force intérieure. Le Coeur.
C'est le mental qui doit être renoncé (le grand perturbateur/agitateur, l'illusionniste, créateur/projecteur du faux), et ses penchants nuisibles.
On veillera à ses pensées, son bien-être, et son alimentation.
La vérité/réalité est toujours pure.