Tout est soi-même, tout est un       
(Spiritualité, ésotérisme, alchimie, conscience, éveil, non-dualité, unité, l'Un)       

lundi 1 juin 2015

Monde de dualité/division pour : l'autre n'est pas soi.
Monde d'unité pour : l'autre c'est soi (mise en pratique).

La mise en pratique n'est pas d'ordre intellectuel, "savoir" n'est pas "réaliser".
Réaliser que "l'autre" c'est soi, c'est s'y voir et s'y sentir constamment, en toute circonstance.
Sans voir deux mais un. Savoir marcher dans la rue et dire : "cette personne est moi."

Le monde n'est que le reflet de soi-même.
Pour un monde d'unité, il faut d'abord l'être avec soi, en soi (avoir réaliser l'union).
Et donc ne plus dualiser son reflet (l'autre, le monde).

Lorsque est dit, écrit, pensé : "vous", "vous êtes", "ils sont", "moi et les autres", "nous et les autres", "eux et nous" etc, c'est la dualité (avec soi-même, en soi-même) et son expérience de séparation (illusion).

Monde d'unité = expérience de l'Un.

Dans l'Unité, l'Un se voit toujours un, même s'il peut sembler y avoir des milliards d'êtres.
Cette sensation de "milliards d'êtres" (de milliards soi-même n'étant pas soi-même, un) forme le monde duel, souffrant. Cette souffrance, cette dualité, ne proviennent que de soi (projection/déconnexion).
Dualité implique "deux", la souffrance survient dès qu'il y a ce "deux" (division/séparation), alors que ce n'est pas réel, voilà pourquoi la souffrance. L'Un est toujours entier, complet, indivisible, illimité, infini, immuable, immortel, éternel. La souffrance provient de cette déconnexion. L'Un n'en est pas affecté.