Tout est soi-même, tout est un       
(Spiritualité, ésotérisme, alchimie, conscience, éveil, non-dualité, unité, l'Un)       

       
"Loxo, beeting the earth" © par Valérie Jourdy (Breath of wood),        
spécialement pour eipho.blogspot.fr
       

vendredi 22 mai 2015

On est ce qu'on voit, on voit ce qu'on est.
Tout ce que l'on voit est à l'intérieur de soi-même, dans son propre corps individuel.
À partir de tous les points de sa Conscience, c'est-à-dire, de tout ce qu'on l'on appelle les êtres (le point central - l'unique observateur), on est le pur Créateur de soi-même. Il ne s'agit (ce qui est vu) que de sa propre projection, le résultat de soi-même, le résultat créationnel de son point de conscience. Ce que l'on appelle l'autre, est dans notre propre corps individuel, c'est soi-même. Il en est de même de notre corps pour l'autre. S'il est question d'une part de soi-même, il est aussi question d'une projection mentale, d'un état de conscience/perception éphémère. La réalité est au-delà des formes. Ce qui est enseigné, partout, n'est rien d'autre que l'ego s'enseignant lui-même sur lui-même (voir cela dans l'unité). Le réel ne peut être enseigné, car il ne peut être connu par un point de conscience. Et quand on sort d'un point de conscience, le réel est sans connaissance de lui-même. Le point de conscience ne peut parler que de son point de conscience, sa seule expérience, sa seule connaissance. L'ego parlant de lui-même à lui-même et sur lui-même : du vide parlant de vide dans le vide, car il n'y a personne en vérité.
Il n'est pas question de se renier, de prouver son inexistence, on est l'Un, un seul et même ensemble. Mais les sens non-raffinés, happés vers l'extérieur, créant la projection, donnent l'impression (illusion) du multiple, de la division, de la séparation, ainsi il y a identification avec une conscience limitée factice (le corps). Or, même une goutte évaporée dans le ciel fait toujours partie de l'océan, car le véritable océan (l'univers) comprend tout chose sans délimitation, sans diviser une part de lui-même en une forme distincte et séparée (corps ou objet). Il n'y a pas de conscience fragmentée mais une seule conscience, et cette seule conscience ne se retrouve pas en des vies infinies (les êtres), parce qu'il n'y a qu'une seule vie (la même dans tout), qu'un seul corps, par conséquent la mort ne peut exister. Immortel est-on depuis toujours, sans être personne.